#

cheval et nutrition

Vitamines

La gamme REVERDY propose des aliments offrant une couverture optimale des besoins en tous ces éléments quelque soit l’âge ou l’activité de votre cheval.

VITAMINE A

Principales fonctions
Elle participe à la synthèse des protéines (avec le zinc) et intervient ainsi dans :

  • la production des enzymes, des hormones, des immunoglobulines ;
  • le développement de tous les tissus en particulier le squelette, d’où son action sur la croissance du jeune ;
  • la fonction de reproduction, tant chez le mâle que la femelle ;
  • la lutte anti-infectieuse en contribuant à l’intégrité des épithéliums ;
  • la vision.

Sources
Les fourrages verts sont une excellente source de ß-carotènes, précurseurs de la vitamine A. Cependant, la carence en ß-carotènes est fréquente en fi n d’hiver car il se produit :

  • une destruction dans les foins pendant le stockage ; 
  • un épuisement des réserves hépatiques. Les carottes sont également riches en ß-carotènes et peuvent être distribuées en fi n d’hiver sans craindre l’hypervitaminose.

Recommandations
Une supplémentation renforcée est indiquée si l’on souhaite :

  • améliorer la fertilitédes étalons et des poulinières ;
  • obtenir une croissance optimale chez les poulains. Il est également conseillé de supplémenter en fi n d’hiver les chevaux ne recevant pas de concentrés correctement pourvus en vitamine A. Cependant, les excès de vitamine A (au-delà de 100 fois les besoins) sont inutiles et dangereux.

VITAMINE D

Principales fonctions
Elle participe principalement à la minéralisation osseuse en raison de son rôle dans la régulation de l’équilibre phosphocalcique.

Sources
La vitamine D est présente dans les foins séchés au soleil. De plus, elle peut être synthétisée à la surface de la peau grâce aux rayons ultraviolets solaires. En l’absence d’un excellent foin, et à défaut de l’ensoleillement direct de l’animal, l’incorporation de vitamine D dans la ration est indispensable.

Recommandations
L’apport de vitamine D doit se faire de façon modérée et conjointement avec des apports suffisants et équilibrés de calcium et de phosphore.

Il doit être renforcé chez les chevaux à l’entraînement car ces derniers sont :

  • confinés dans des écuries la plus grande partie de la journée ;
  • quotidiennement confrontés à des situations stressantes pour leur ossature.

Les hypervitaminoses D (doses chroniques de 10 à 100 fois les besoins) sont particulièrement néfastes.

VITAMINE E

Principales fonctions
C’est l’anti-oxydant biologique majeur. A ce titre, elle :

  • assure la protection des membranes cellulaires riches en acides gras polyinsaturés. Ainsi, avec le sélénium, qui pourrait jouer le premier rôle, la vitamine E contribue au maintien de l’intégrité musculaire;
  • empêche l’oxydation des lipides de réserves ;
  • intervient dans la reproduction :
    • - En protégeant la vitamine A et les acides gras essentiels ;
    • - Hoffman et al. (1999) ont rapporté une augmentation de la concentration sanguine en anticorps (IgG) chez des poulinières supplémentées avec des taux élevés de vitamine E. Après la naissance, les poulains issus de ces mères avaient également des concentrations sanguines en anticorps (IgG) supérieures.

Sources
La vitamine E est naturellement présente dans l’herbe jeune et les huiles végétales fraîches.

Recommandations
Les besoins en vitamine E augmentent surtout quand la ration est enrichie en acides gras insaturés (huiles) et quand le travail s’intensifie. Les besoins en vitamine E sont atténués par la présence de sélénium.

VITAMINE K

Principales fonctions
La vitamine K participe à :

  • la coagulation du sang ;
  • la calcification osseuse (plus secondairement).

Sources
Les synthèses digestives par la microflore sont très abondantes et permettent une récupération suffisante, d’autant plus que les fourrages en sont relativement bien pourvus.

Recommandations
Dans les conditions normales, il n’y a pas à craindre de carence. Toutefois, le travail intensif peut fragiliser la flore digestive et perturber la synthèse digestive de vitamine K.

Une complémentation à hauteur de 2-3 mg/100kg PV par jour est recommandée chez le cheval en travail intensif.

Les supplémentations abusives en vitamine K dans l’espoir de prévenir les hémorragies pulmonaires induites à l’effort, se révèlent inefficaces et très dangereuses car elles exposent à de graves lésions rénales (néphrite aiguë).

VITAMINES B

Principales fonctions
Vitamine B1 (thiamine)
elle est essentielle au métabolisme des glucides. Elle est importante pour :

  • les courses de vitesse : elle intervient dans la combustion des glucides au niveau musculaire ;
  • le bon fonctionnement du système nerveux et de la transmission de l’information nerveuse.

Vitamine B2 (riboflavine)
elle active le catabolisme (transformation) de l’acide lactique (comme le zinc) et intervient dans le métabolisme des glucides et des lipides.

Vitamine B3 (PP ou niacine)
elle intervient dans les métabolismes énergétiques.

Vitamine B5 (acide pantothénique)
elle participe à la régénération des épithéliums et des phanères. Elle favorise la cicatrisation des plaies et la pousse des crins.

Vitamine B6 (pyridoxine)
elle intervient dans le métabolisme des acides aminés et des protéines. Elle a notamment un rôle anti-anémique.

Vitamine B8 (H ou biotine)

  • à la dose de 10 à 30 mg/j pendant une période de 6 à 10 mois, elle améliore la vitesse de croissance et la dureté de la corne des sabots ;
  • à plus faible dose, elle intervient dans le métabolisme des glucides.

Vitamine B9 (Bc ou acide folique)
la principale propriété est d’être anti-anémique : elle favorise la régénération et la maturation des globules rouges.

Vitamine B12 (cyanocobalamine)
elle participe à la formation des globules rouges. Tout comme les vitamines B6 et B9, elle a un rôle anti-anémique sachant que les surdosages sont inutiles.

Sources
Les vitamines du groupe B sont présentes dans les fourrages verts, les céréales, les probiotiques et sont synthétisées par la flore bactérienne.

Recommandations
Généralement elles sont fournies en quantité suffisante par la flore du cæcum et du colon, chez le cheval adulte consommant suffisamment de fourrages. Cependant, au vu des multiples rôles des vitamines B dans l’effort musculaire, les besoins pourraient être accrus chez le cheval en entraînement intensif, d’autant plus que sa flore est fragilisée par l’intensité du travail. Il n’y a pas à craindre d’hypervitaminose, la limite étant plus d’ordre économique.

VITAMINE C

Principales fonctions
La vitamine C est une vitamine hydrosoluble qui participe à des centaines de processus dans l’organisme. Parmi ses principales fonctions, elle intervient notamment dans :
- la synthèse du collagène,
- la formation des globules rouges,
- le maintien de la fonction immunitaire,
- la cicatrisation des plaies.

Elle augmente également l’absorption du fer contenu dans l’alimentation. Enfin, en tant qu’antioxydant majeur, elle joue un rôle très important dans la lutte contre les radicaux libres puisqu’elle participe au recyclage de la vitamine E.

Sources
La vitamine C est naturellement synthétisée par la flore bactérienne.

Recommandations
Contrairement à l’Homme, le cheval est capable, via sa flore bactérienne, de synthétiser sa propre vitamine C et de subvenir à ses besoins d’entretien. Cependant, au vu des multiples implications de la vitamine C dans le métabolisme, une supplémentation chez les chevaux en entraînement intensif est conseillée, d’autant plus que les besoins liés à l’effort pourraient être accrus et que la flore est fragilisée par l’intensité du travail.

#



La forme de vitamine C la plus simple et la plus couramment utilisée est l’acide L-ascorbique. Malheureusement, cette molécule est très fragile et fortement dégradée lors du processus de fabrication et de stockage des aliments. Pour cette raison, nous avons sélectionné une forme de vitamine C protégée donc très stable : l’Acide L-ascorbique phosphorylé. La fonction active de la molécule est stabilisée (estérifiée avec un groupement phosphate) et ne sera réactivée qu’après absorption et métabolisation de la vitamine C dans l’organisme.

Ainsi, l’utilisation de cette forme de vitamine C protégée associée à des taux d’incorporation optimaux dans nos aliments (500 à 1000 mg/kg) assure une couverture optimale des besoins quotidiens des chevaux en travail intensif.

Récapitulatif des apports journaliers recommandés en vitamines


en mg/100kg PV/j
sauf vitamines A et D

JEUNESSE EN
CROISSANCE
CHEVAUX DE LOISIRS CHEVAUX DE COURSES
ET REPRODUCTEURS
Vitamine A
(en UI/100kg PV/j)

10000 - 12000 6000 - 8000 12000 - 15000
Vitamine D
(en UI/100kg PV/j)

1800 - 2200 600 - 800 1200 - 1500
Vitamine E

100 - 200 90 - 180 200 - 400
Vitamine K

3 - 4 1 - 2 3 - 4
Vitamine B1
(Thiamine)

8 - 10 7 - 10 12 - 20
Vitamine B2
(Riboflavine)

8 - 12 6 - 8 12 - 16
Vitamine B3
(Niacine)

10 - 20 10 - 15 20 - 35
Vitamine B5
(Acide pantothénique)

8 - 12 8 - 12 9 - 15
Vitamine B6
(Pyridoxine)

6 - 8 4 - 7 7 - 10
Vitamine B8
(Biotine)

0,2 - 0,3 0,2* 0,2 - 0,3*
Vitamine B9
(Acide folique)

6 - 8 4 - 7 8 - 12
Vitamine B12
(Cyanocobalamine)

0,06 - 0,12 0,06 - 0,12 0,1 - 0,15
Vitamine C
(Acide L-ascorbique)

200-300 - 200-400


* Pour améliorer la qualité de la corne, 15 - 20 mg/j pendant 6 mois